Page d'accueil > Projets > Pays destinataires de projets > Syrie/Irak : Nouvelle perspective en Jésus

Syrien/Irak : Nouvelle perspective en Jésus

Mai 2019 - Meyan* a été violée et réduite en esclavage par des combattants de l’ÉI. Elle n’a jamais revu son mari et sa fille de quatre ans. Aujourd’hui, la jeune femme dit: «Ma vie a un sens. Je suis précieuse.»

aém. Meyan a une vingtaine d’années et est membre d’une minorité religieuse du nord de l’Irak qui a été persécutée pendant des siècles, les yézidis. Meyan et son mari avaient trois enfants, deux filles de un et quatre ans et un garçon de deux ans. Lorsque l’ÉI a pris leur village, ils se sont enfuis dans les montagnes, mais ont été rapidement capturés. L’ÉI scindent les familles, d’un côté les hommes et de l’autre les femmes, et tous les enfants de plus de six ans sont formés aux armes et au combat. Les plus belles jeunes femmes ont été séparées et Meyan a été prise par un combattant de l’ÉI, alors qu’un autre lui enlevait sa fille pour la donner à une famille sans enfant. Meyan a pleuré et crié pour sa fille, mais ils l’ont battue jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. Puis ils l’ont enfermée avec ses deux plus jeunes enfants et l’ont affamée. Plus tard, elle a été vendue à un autre homme. Un jour, un homme a été décapité devant ses enfants et elle parce qu’il était accusé d’être un espion. Meyan a été vendue et violée plusieurs autres fois.

Permettez aux personnes traumatisées d’espérer en l’avenir! Image symbolique: Photo : © AÉM

 

Sans défense et sans avenir
Meyan n’est pas seule dans ce cas. D’autres femmes signalent également le viol, l’esclavage et les mariages forcés. Des jeunes femmes comme Meyan ont été données à des combattants de l’ÉI comme épouses ou vendues comme esclaves pour seulement cent dollars. Une fois, Meyan et ses enfants ont vu des combattants de l’ÉI jeter un homme du haut d’un immeuble. Il est mort sur le coup, mais le terrible événement est profondément gravé dans leur mémoire. Lorsque les troupes kurdes ont envahi la région, Meyan et ses enfants ont été libérés, mais elle n’a revu ni son mari ni sa fille aînée. Ils ont vécu dans divers camps de réfugiés jusqu’à ce qu’ils trouvent enfin un abri chez des parents. Si les signes physiques de la faim et des abus disparaissaient lentement, les conséquences émotionnelles et spirituelles de leurs expériences guérissaient très lentement. Meyan se sentait isolée, impuissante et sans but.

«La couture m’a aidée à découvrir une nouvelle vie.»
Un parent a attiré son attention sur un cours de couture. Avec joie, elle a développé de nouvelles compétences, produisant quelque chose de concret comme de nouveaux vêtements pour ses enfants. Elle aimait aussi la communauté et la possibilité de passer du temps avec d’autres femmes, dont beaucoup avaient vécu des expériences similaires aux siennes. Peu à peu, Meyan a commencé à s’ouvrir dans l’environnement sécuritaire de cette petite communauté. La couture n’était pas seulement quelque chose qu’elle aimait, mais qui agissait aussi comme une thérapie. Cela l’occupait, donnait un sens à sa vie, faisait s’éloigner l’impuissance. Et, au cours de couture, non seulement elle a appris à coudre, mais elle a aussi entendu l’Évangile et a pu observer les gens suivre Jésus. Ils semblaient avoir la paix et avoir trouvé un sens à leur vie, ce qu’elle désirait; aussi elle a décidé de donner sa vie au Seigneur. «J’ai maintenant une joie et une paix comme jamais auparavant», nous raconte Meyan.

Par l’intermédiaire de partenaires de projets locaux, l’AÉM fournit régulièrement en Syrie et en Irak le minimum vital à plus de quarante mille personnes dans le besoin. Photo : © AÉM


Une nouvelle conscience de la valeur et du but de la vie
Grâce aux possibilités de formation professionnelle telles que le projet Atelier de couture, des femmes de tous âges acquièrent des compétences précieuses pour
coudre des vêtements et divers articles pour leur famille et leurs amis. Certaines développent ces compétences et fabriquent des vêtements qui peuvent être vendus, ce qui procure un certain revenu à la famille. En cousant ensemble, la communion se développe, de nouvelles perspectives se créent. Tout au long de sa vie, Jésus a respecté hommes et femmes et donné un sens à leur vie. Par le biais de la formation professionnelle, l’AÉM souhaite, à son échelle mais de manière significative, aider ces femmes à découvrir tout ce que Jésus leur réserve, afin qu’elles puissent prendre conscience de leur valeur et du but de leur vie.

Avec CHF 80.‒/€ 65.‒, vous pouvez financer les frais d’un cours de couture de huit semaines pour une femme comme Meyan et lui permettre ainsi de suivre une formation professionnelle.

Avec CHF 90.‒/€ 75.‒, vous pouvez subvenir aux besoins d’une famille entière pendant un mois avec le minimum vital (nourriture, vêtements, couvertures, soins médicaux).

*Le nom a été modifié pour des raisons de sécurité.

Syrie/Irak – L’après-guerre

aém. Bien que l’ÉI ait été vaincu sur le plan territorial, la situation sécuritaire reste extrêmement fragile et la situation humanitaire précaire. En Syrie, la crise en est à sa huitième année. Même s’il y a moins de violence dans diverses régions du pays, les conséquences de la guerre civile prolongée qui a débuté en mars 2012 se font encore sentir. On estime qu’un tiers de la population n’a pas assez de nourriture. Fin 2017, en Irak, après près de quatre ans de conflit contre l’ÉI, le gouvernement a déclaré la fin de la guerre. Cependant les combattants continuent de se cacher et de mener sporadiquement des attaques armées. Les mouvements de réfugiés à petite échelle sont également fréquents, et le manque d’infrastructures (routes d’accès, sécurité, soins médicaux) et l’immense pauvreté (manque d’eau, de nourriture, de logement et de possibilités de gagner sa vie) rendent difficile le retour des personnes déplacées dans leurs régions ancestrales.