Page d'accueil > Projets > Pays destinataires de projets > Pakistan: Dieu travaille à sa manière

Pakistan: Dieu travaille à sa manière

Depuis des années, le partenaire de projets pakistanais de l’AÉM s’investit dans sa patrie à la construction du royaume de Dieu. Malgré des conditions difficiles, il est confiant pour son pays. Il constate un changement positif dans les personnes qui ont décidé de suivre Jésus.

 

février 2021 - aém. Au Pakistan, je vis au milieu de deux cent vingt millions de personnes qui ne partagent pas ma foi chrétienne, mais notre Dieu vivant travaille ici à sa manière. Lorsque j’observe la situation dans le pays, je vois des conversions forcées, des persécutions, de l’impuissance, de la peur et
de l’intimidation. Je vois la terrible pauvreté et la discrimination. Je vois des filles chrétiennes forcées de se marier à cause de la pauvreté. Cette atmosphère a généralement un effet paralysant sur les chrétiens pakistanais. Néanmoins, avec mes yeux spirituels, je vois tout le temps la lumière et le Saint-Esprit à l’œuvre dans notre environnement. Parfois, cette lumière vient sous la forme d’une aide de notre famille dans le monde, donnant du courage à ceux qui sont dans le besoin. Lorsque nous recevons des bibles ou des motos et que nous soutenons les pasteurs, nous ne sommes plus laissés seuls et sans défense, mais nous sentons que nous faisons partie du corps universel de Christ. Dieu nous montre qu’il ne laisse pas son peuple isolé, mais qu’il travaille à sa manière.

Des musulmans ont visité notre église
Un dimanche, à la sortie de l’église, j’ai vu deux hommes s’approcher de la porte. Ils avaient l’air cultivé, semblaient confiants et aisés. Je pensais qu’il s’agissait de fonctionnaires du gouvernement qui voulaient voir ce qui se passait chez nous. Toutefois mon malaise a vite fait place à l’étonnement lorsque j’ai découvert qu’ils étaient en fait des disciples de Jésus issus de familles musulmanes. Ils venaient dans notre église pour apporter leurs dons à Dieu et pour demander deux bibles. Ils voulaient les donner à des amis musulmans. Cela me montre que Dieu travaille à sa façon parmi la majorité musulmane de la population pakistanaise.


Un chrétien clandestin au visage rayonnant
Récemment, je me suis rendu dans une église située dans une région difficile d’accès et fermée à l’Évangile. Un membre de la tribu, qui y travaillait comme gardien, m’a salué très chaleureusement. Son visage rayonnant a attiré mon attention et j’ai demandé au pasteur de me parler de lui. Le pasteur m’a expliqué avec joie comment l’amour de Dieu avait touché cet homme si profondément qu’un jour, il a éclaté en sanglots et a donné son cœur à Jésus. Aujourd’hui, il pratique sa foi en secret. Dieu m’a montré que cet homme représente de nombreux croyants au Pakistan qui vivent au milieu d’une majorité musulmane et prêchent l’Évangile grâce à leur vie transformée.

Dieu travaille aussi parmi les chrétiens de nom
Lors de réunions que j’avais organisées dans différents villages, j’ai vu un homme qui participait à chacune d’elles et j’ai cherché à me renseigner à son sujet. Cet homme était de souche chrétienne, comme la plupart des chrétiens du Pakistan. Après l’une de ces réunions, il a mangé avec nous et, au cours du repas, il a éclaté en sanglots et a confessé qu’il avait été un voleur et un brigand et qu’il avait abusé des gens. La parole de Dieu l’ayant profondément touché, il a donné son cœur à Jésus et il est aujourd’hui un homme nouveau. Cela m’a montré que Dieu travaille aussi à sa manière dans l’immense groupe des chrétiens de nom au Pakistan.

Ensemble, nous pouvons accomplir notre mission

Là où il y a un besoin...
L’AÉM soutient ses partenaires de projets pakistanais dans la construction d’églises et dans l’apport d’une aide d’urgence aux chrétiens persécutés. Cela comprend la fourniture de bibles ainsi que de motos pour faciliter le ministère des pasteurs qui servent plusieurs congrégations éloignées les unes des autres. L’accompagnement et les soins médicaux des frères et sœurs persécutés sont une mission permanente. Cela inclut également la prise en charge des coûts de reconversation professionnelle des chrétiens qui ont perdu leurs biens ou qui ne sont plus en mesure d’exercer leur travail en raison d’une infirmité physique.

... nous pouvons faire la différence!

CHF 350.-/€ 300.- est le coût moyen de la formation professionnelle d’une personne. Avec CHF 200.-/€ 170.-, nous pouvons apporter une contribution substantielle pour aider une personne dans le besoin et la détresse, par exemple en lui fournissant une assistance médicale ou un lieu de refuge. Avec 50.-/€ 45.-, nous pouvons permettre la distribution de dix bibles en ourdou. Quelque 120.-/
€ 105.- sont nécessaires pour couvrir les frais de voyage et de séjour d’un fondateur d’églises local. Nous soutiendrez-vous dans cette démarche?