Page d'accueil > Projets > Pays destinataires de projets > Madagascar: «Si ça fonctionne avec le riz, tout va»

Madagascar: «Si ça fonctionne avec le riz, tout va»

aém./ Novembre 2019  – Notre chef de projets à Madagascar a fait face à Miary et s’est intéressé à sa situation. Lisons son rapport de première main.

 

aém. Un slogan bien connu en Suisse dit: «Avec Ovomaltine®, ça ne va pas mieux, mais plus longtemps.» Un dicton similaire à Madagascar explique: «Si ça fonctionne avec le riz, tout va, et si ça ne fonctionne pas avec le riz, rien ne va.» Au cours de mon voyage à Madagascar, j’ai croisé des rizières à différents stades et couleurs de leur développement (du vert au jaune). On m’a dit à quel point le riz est important dans la vie et la survie des populations locales par rapport à l’Ovo®. Pour certains, un repas sans riz n’est souvent qu’une collation et non un repas en soi. Pour d’autres, le riz est essentiel à leur survie quotidienne. Selon le taux de change, un sac coûte environ trente francs (vingt-cinq euros), ce qui est abordable pour beaucoup d’entre nous; toutefois cela représente une somme énorme pour des familles comme celle de Miary.


Sans soutien, un seul repas de riz par jour
Mère de douze enfants, Miary ne chôme pas. Son mari étant décédé récemment des suites d’un cancer, les enfants plus âgés aident à s’occuper des plus jeunes tandis que Miary fait de son mieux pour prendre soin de tous. Sa source de revenu est de faire la lessive pour d’autres personnes du quartier; cependant cela ne lui permet de ne gagner qu’environ cinq francs (quatre euros) par semaine. Sans soutien financier, elle ne peut se permettre qu’un repas de riz par jour sans rien d’autre pour sa famille.


Soutenir les familles de façon générale

Depuis de nombreuses années, l’AÉM soutient deux orphelinats à Madagascar et continuera à le faire. Aujourd’hui cependant, nous réalisons aussi la priorité qu’il y a à travailler avec des partenaires locaux qui soutiennent des familles comme celle de Miary. Si celles-ci se développent positivement, elles peuvent, à leur tour, permettre aux enfants de se développer sainement. Nous travaillons donc à petite échelle avec plusieurs partenaires locaux, qui à leur tour soutiennent les familles en fonction de leurs besoins. Par le biais d’un déjeuner pour les enfants issus de familles pauvres, ceux-ci reçoivent une aide importante quant à leur développement. Ils reçoivent également un soutien pour leurs devoirs et autres défis et font ainsi l’expérience pratique de l’amour de Dieu. Non seulement les enfants, mais aussi leurs parents sont encouragés et soutenus dans leur rôle par des visites à domicile.


Une contribution au développe- ment sain de la génération future

Si vous avez aussi à cœur une aide durable pour des familles de Madagascar, nous vous invitons à soutenir des familles comme celle de Miary. Un sac de riz, par exemple, fait beaucoup à Madagascar, et le soutien général de familles telles que celle de Miary apporte une contribution importante au développement sain de la génération future.

Une femme et son enfant dans la maison des enfants des partenaires locaux de l’AÉM. Photo: © AÉM