Page d'accueil > Projets > Pays destinataires de projets > Inde: Construire des ponts entre voisins

Inde: Construire des ponts entre voisins

L’Inde, qui compte environ cent quatre-vingt-quinze millions de musulmans, a la troisième plus grande population musulmane au monde après l’Indonésie et le Pakistan. Il y a quelques années, nos partenaires locaux, en collaboration avec un petit groupe de croyants de souche musulmane, ont lancé un manuel pour apprendre à dialoguer sur la foi avec les voisins en y utilisant les déclarations du Coran sur «Isa al Masih» (Jésus-Christ) comme lien.

 

Mai 2021 - aém. L’équipe a commencé par rassembler les questions les plus courantes que les musulmans posent sur Jésus-Christ et a essayé de trouver des réponses dans le Coran lui-même, l’objectif étant de partager la bonne nouvelle d’une manière non conflictuelle et productive. Ce projet est devenu un livre intitulé Dost, qui signifie «ami». Il est désormais disponible en plusieurs langues, dont l’arabe, l’anglais et le hindi. Dost en est le personnage principal. Il y rencontre des gens de différentes religions et leur pose des questions difficiles liées à la foi en demandant des réponses sincères.

De la première à la dernière page
Akhan était un musulman fervent qui travaillait dans une école locale. Il était marié et avait deux enfants. Il était respecté dans la société en raison de son travail à l’école et percevait un bon revenu. On peut même dire que les choses allaient vraiment bien dans sa vie. Un jour, il a accompagné un ami, qui travaillait dans une ville voisine. Ils y ont rencontré deux jeunes femmes qui distribuaient des nouveaux testaments et d’autres ouvrages chrétiens. Curieux, Akhan et son ami ont entamé une conversation avec ces deux femmes. Elles les ont encouragés à lire le Nouveau Testament. Quand Akhan est rentré chez lui, c’est ce qu’il a fait, et il l’a lu de la première à la dernière page. Au cours de sa lecture, il s’est posé de nombreuses questions. Pour cela il a rendu visite à un ami qui était un disciple de Jésus. Les deux hommes ont commencé à se rencontrer régulièrement pour parler de ce qu’Akhan ne comprenait pas. Akhan décrit ensuite la manière dont son cœur a changé au fil du temps et comment il est devenu un disciple de Jésus et a été baptisé. C’est là que les problèmes ont commencé.

La fidélité de Dieu au milieu des épreuves
Akhan a perdu son travail et sa famille, et sa belle-famille l’a rejeté. Personne ne comprenait ce qu’il faisait et pourquoi. La famille de sa femme a fait pression sur elle, lui faisant croire qu’il était devenu apostat. Un tribunal de la charia a octroyé le divorce et a confié la garde des enfants à la mère. Akhan doit payer une pension alimentaire ainsi que des frais de scolarité aux enfants. Le tribunal a déclaré que la femme était la seule propriétaire de la maison qu’ils avaient récemment construite. Il y a eu aussi quelques tentatives de meurtre, mais le Seigneur l’a protégé. Akhan résume: «Ma vie est très exigeante car, en plus de mon ministère, je m’occupe de mes enfants en fin de semaine. J’exerce mon ministère principalement auprès de dirigeants musulmans, et beaucoup d’entre eux sont devenus croyants et ont été baptisés. Comme Nicodème, beaucoup suivent Jésus en secret parce qu’ils craignent de perdre leur emploi, leur famille, voire leur vie. Je loue Dieu de sa fidélité dans la façon dont il prend soin de moi, pour mon ministère et pour mes besoins personnels.»

Persécution des minorités
Depuis 2014, l’Inde a connu une forte croissance du mouvement nationaliste hindou parrainé par l’État. Actuellement, nous constatons une escalade de la persécution des minorités. Des bâtiments d’église sont vandalisés, des pasteurs agressés, des chrétiens convertis de force et des foules ont lynché des musulmans et des Dalits. Dans certains villages, les chrétiens n’ont pas accès aux équipements collectifs, comme l’approvisionnement en eau du puits du village, et les musulmans ne sont pas autorisés à acheter ou à vendre des biens.

Renforcer la résilience des chrétiens
Parce que le manque d’éducation, l’ignorance et le protectionnisme sont parmi les facteurs qui continuent à isoler et à menacer la communauté musulmane, c’est pourquoi nous nous concentrons sur le développement holistique des croyants de souche musulmane (Muslim background believers, MBB) et de leurs familles. Nous les aidons par le biais de formations professionnelles et de projets générateurs de revenus, tels que des microentreprises spécialisées dans la vente de produits locaux, de poisson ou de tissus, ou des services tels que la couture ou le broyage des grains pour faire la farine pour la boulangerie. (Note de l’AÉM: Le climat est si humide qu’il n’est pas possible de stocker la farine, seulement les grains.) Notre objectif est de générer un petit revenu régulier pour la famille. Lorsqu’une famille chrétienne de souche musulmane dispose d’un revenu plus stable, elle est également plus libre de se concentrer sur son ministère, sur l’éducation de ses enfants et sur le soutien à apporter, dans la mesure du possible, aux jeunes croyants dont elle a la charge.

 

Malgré les nombreux défis, nous remercions Dieu de sa provision, de sa protection et de ses enseignements tout au long de ces années. Le nombre de nouveaux MBB ne cesse de croître. Bien que beaucoup vivent en secret, nous espérons qu’avec le temps, de plus en plus de personnes sortiront de la clandestinité et commenceront à parler à leurs voisins de la transformation qu’elles ont elles-mêmes vécue.

Aider une famille chrétienne de souche musulmane

Pourquoi ne pas aider une famille chrétienne de souche musulmane à créer une microentreprise? Les coûts de démarrage, selon le type d’entreprise, vont de 2000.– à 5000.– francs suisses (1800.– à 4500.– euros). Votre soutien permettrait à une famille de prendre des mesures concrètes en vue d’obtenir un revenu indépendant.