Page d'accueil > Projets > Pays destinataires de projets > Inde: Après deux tentatives de suicide, il a rencontré le Seigneur

Après deux tentatives de suicide, il a rencontré le Seigneur

Novembre 2019 - Parce qu’il s’est retrouvé en fauteuil roulant après un accident, un Indien voulait se suicider. Sa vie a changé lorsqu’il est devenu chrétien. Bientôt, d’autres ont voulu en savoir plus sur cette foi. Son histoire est un exemple de ce que les chrétiens vivent sur ce sous-continent.

Inde ‒ Avocate pour les chrétiens persécutés

Avocate en Inde, je défends les minorités religieuses opprimées à cause de leur foi.
Beaucoup de nos clients sont des pasteurs, des évangélistes et des missionnaires ayant vécu de terribles violences et attaqués chez eux. Nous leur offrons un soutien juridique. Grâce à divers contacts, nous entendons parler de ces cas. Souvent, nous aidons aussi pour les cautions.

livenet/aém. En Inde, un homme s’est retrouvé en fauteuil roulant après un accident. «C’est une situation extrêmement difficile dans ce pays, c’est pourquoi il a tenté de se suicider à deux reprises, explique Chhaya*, avocate et partenaire de projets de l’AÉM. Quelqu’un lui a ensuite donné une Bible et il a décidé de suivre le Seigneur. Puis, grâce à son témoignage, d’autres personnes sont venues à la foi. Jusqu’à cinq cents personnes par semaine viennent l’écouter. Il prie pour eux et les gens sont guéris encore et encore.» Des histoires comme celle-ci sont le visage du christianisme en Inde, dit Chhaya.

Agenda politique Hindutva
Dans le même temps, plusieurs centaines d’attaques sont perpétrées chaque année contre des minorités religieuses, comme des meurtres et des viols. En outre, il existe de nombreuses formes de discrimination telles que les fermetures d’églises, l’accès refusé aux puits des villages, aux terrains forestiers ou aux aides de l’État. Les chrétiens sont souvent incités à abandonner ou à renier leur foi. Derrière cette évolution se cache l’agenda politique Hindutva, qui déclare qu’un vrai Indien doit être un hindou et que l’Inde est sa terre sainte. Si les bouddhistes sont toujours acceptés, en revanche les chrétiens sont considérés comme étrangers. L’hindouisme compte quelque trois cent trente millions de dieux. «Un de plus n’était pas un problème avant. Ces dernières années cependant, le climat s’est détérioré, notamment à cause du premier ministre et aux personnalités influentes qui s’accrochent à l’Hindutva. Des leaders hindous influents dénoncent publiquement: ‹Mère Teresa faisait partie de la conspiration pour convertir les hindous au christianisme.› Des efforts sont déployés pour éradiquer les chrétiens dans certaines régions d’Inde d’ici 2021.»


Loi anticonversion
Dans plusieurs États indiens, ceux quittant l’hindouisme sont punissables par la loi. À cause de cela, les activités des communautés chrétiennes sont de plus en plus souvent poursuivies en justice pour violation de la loi. «Même l’homme en fauteuil roulant a été quatre jours emprisonné parce qu’il est devenu chrétien et en a témoigné. Il arrive souvent de voir les victimes en prison et non les auteurs», nous confie Chhaya. Elle mentionne un autre cas: «Soixante-dix enfants et leur pasteur étaient en route pour un camp d’été quand ils ont été arrêtés par la police. Le pasteur a été arrêté pour avoir enlevé et converti les enfants. En outre, un couple qui essayait de faire comprendre que tous les enfants allaient au camp avec le consentement de leurs parents et provenaient de familles chrétiennes a été arrêté. Le pasteur et le couple ont passé trois mois en prison. Les enfants ont été envoyés dans un foyer d’État durant trois jours, où des pressions ont été exercées sur eux pour qu’ils incriminent leur pasteur.»

En Inde, le climat se détériore pour les chrétiens. Photo: © AÉM

Des policiers assistent aux cultes

«Mais notre Dieu est un Dieu d’espérance et il a aussi de l’humour», dit Chhaya. La police a interdit à une église de se rassembler pour le culte. Le risque pour la sécurité était trop grand à cause des nationalistes hindous qui manifestaient devant l’église. «L’interdiction a duré plus de quatre mois! Au tribunal, nous avons obtenu que l’église puisse se réunir pour le culte sous la protection de la police; désormais des agents assistent aux réunions.»

Les Dalits sont particulièrement intéressés
Les Dalits, caste la plus basse, sont très ouverts à la foi en Christ. «Ils vivent toujours une oppression indescriptible. Récemment, une femme dalit enceinte de huit mois a touché les ordures d’un homme d’une caste supérieure. Elle a été tuée pour avoir ‹contaminé› les ordures», raconte Chhaya. Selon la loi, les Dalits ont également accès à l’éducation, au soutien de l’État et à la participation politique. Malheureusement, quand les hindous quittent leur foi, ils perdent tous ces privilèges. Cette situation frappe particulièrement durement les Dalits, qui luttent déjà pour leur survie quotidienne. Et pourtant, soixante-dix pour cent des églises en Inde sont de souche dalit.

 

Exercer le droit à la liberté religieuse

Le réseau d’avocats de Chhaya se compose de plusieurs centaines de défenseurs et soutient les chrétiens dans le besoin partout en Inde. Il existe des centres d’appels d’urgence; les personnes touchées reçoivent des conseils juridiques et sont dirigées vers des avocats locaux. En cas d’attaque, le réseau contacte directement les commissariats de police locaux et contribue à ce que les crimes soient enregistrés et punis. Des cours de formation sont organisés pour les avocats, les étudiants en droit et les pasteurs. «Les avocats devraient pouvoir exploiter la marge de manœuvre juridique et les pasteurs devraient savoir quels sont leurs droits et comment ils peuvent argumenter devant la police.» Grâce aux efforts de Chhaya et de son équipe, de nombreux chrétiens persécutés ont été défendus et les auteurs condamnés.•

 

Auteur: Daniel Gerber
Source: livenet.ch

 

* Le nom a été modifié pour des raisons de sécurité.