Page d'accueil > Projets > Pays destinataires de projets > Égypte : Assistance discrète aux convertis

Égypte : Assistance discrète aux convertis

Si, en Égypte, une personne veut quitter l’islam, cela entraîne souvent des réactions vigoureuses de la part des autres musulmans. Malheureusement, la violence n’est pas rare non plus. Toutefois le nombre d’apostats (ceux qui ont abandonné leur religion, ici l’islam) augmente.

 

aém./ April 2019 –  L’un d’entre eux est Manal*. Cette femme raconte: «Avec un collègue de travail, j’ai parlé de temps en temps de la foi chrétienne et de Jésus-Christ. Ces conversations ont éveillé en moi le désir d’en apprendre davantage sur cette personne que les chrétiens appellent le Fils de Dieu. Durant plusieurs années, j’ai vécu à Oman avec mon mari et nos deux filles. J’ai une maîtrise en pédagogie et j’ai enseigné à l’université. De retour en Égypte, mon mari a découvert ma Bible et ma nouvelle foi. Il m’a battue et a divorcé.»

Des accusations inventées

Le mari de Manal a également déposé six accusations fictives contre sa femme et a menacé de révéler son «secret» à la police. Manal est entrée en contact avec des chrétiens égyptiens (n.d.l.r.: partenaires de projets de l’AÉM) qui l’ont aidée à engager des poursuites judiciaires contre ces accusations. Dans un premier temps, quatre d’entre elles ont été abandonnées comme non fondées. Pour les deux autres, cela prendra encore plusieurs mois.
Il n’est pas rare qu’en Égypte les convertis au christianisme soient confrontés à plusieurs fausses accusations; c’est une stratégie pour mieux contrôler, intimider et oppresser. Dès qu’il devient clair qu’ils sont des apostats, il est extrêmement difficile de trouver une solution juridique. De plus, en raison de la nature explosive de ces affaires, peu d’avocats sont prêts à les traiter. Aider les personnes touchées, c’est se mettre en danger.

Les femmes de souche musulmane qui ont trouvé la foi en Christ sont souvent soumises à une pression massive et doivent s’attendre à des conséquences juridiques. Photo : © AÉM

 

Malgré le danger, un témoignage pour Jésus
Le père de Manal occupe un poste élevé à l’Université islamique al-Azhar et est influent. «Je demande au Seigneur de se révéler à mon père dans un songe. Je suis en danger, mais cela ne m’empêche pas de partager ma nouvelle foi avec mes deux amies. Elles sont ouvertes et veulent en savoir plus sur la Bible et sur Jésus-Christ.»
Dès que les deux dernières accusations seront invalidées, Manal souhaite retourner à Oman, où elle pourrait vivre sa foi plus librement.
Un partenaire de projets égyptien de l’AÉM accompagne les convertis dans le besoin par le biais d’un vaste réseau de collaborateurs et les soutient légalement.

Souhaitez-vous soutenir financièrement l’engagement des avocats chrétiens? Avec CHF 90.‒/€ 75.‒, vous pouvez apporter une contribution substantielle au soutien juridique des femmes chrétiennes converties de l’islam.

*Le nom a été modifié pour des raisons de sécurité.