Page d'accueil > Projets > Pays destinataires de projets > Cuba : Le pistolet s’est enrayé et aujourd’hui il est fondateur d’églises

Cuba : Le pistolet s’est enrayé et aujourd’hui il est fondateur d’églises

«Parfois, Dieu permet un échec pour que nous puissions le trouver», relate le fondateur d’églises à Cuba Ramon (nom changé) à notre responsable de projets sur l’île.

 

aém. Depuis près de vingt ans, le chef de projets de l’AÉM à Cuba accompagne son engagement sur l’île communiste des Caraïbes. Dans le cadre d’un souci de qualité, il se rend régulièrement sur place et rend visite aux fondateurs d’églises locaux qui sont soutenus par l’AÉM et qui dirigent des églises de maison comptant dix membres ou plus. Lors de sa dernière visite, il s’est longuement entretenu avec le missionnaire cubain Ramon (photo). Cet homme était auparavant officier des forces de sécurité de l’État, mais il a perdu son emploi à cause de l’alcool.

 

 

«Je voulais me tirer une balle dans la tête»

Ramon errait dans les rues complètement négligé, portant des vêtements déchirés, sans chaussures depuis longtemps et des cheveux longs qui puaient. À un moment, après avoir bu durant trois jours, il a vomi du sang. Il essayait toujours mais sans succès de se libérer de sa dépendance. «Ma femme, ne pouvant plus le supporter, est partie avec mes quatre enfants. Je voulais en finir avec cette vie de chien et me tirer une balle dans la tête», a raconté Ramon. Cependant le pistolet s’est enrayé. «Je pensais que Dieu devait vraiment me détester, s’il ne voulait même pas que je m’ôte la vie.» Au bout du rouleau, abandonné par sa famille, Ramon s’est assis sur une souche d’arbre et a crié vers Dieu. Il a soudain senti que quelqu’un le soutenait. Il s’est souvenu que sa grand-mère lui parlait de Jésus-Christ. Ramon a prié: «Jésus, tu es ma dernière chance.» Et Dieu lui a dit: «Je t’aiderai et tu me serviras.»

Photo : © AÉM

Un couple à l’œuvre pour le royaume de Dieu
Ramon s’est rendu à l’église de maison de son quartier et y a été chaleureusement accueilli. Peu à peu, sa vie a changé. Un accident vasculaire cérébral à l’époque de son addiction à l’alcool a laissé la moitié de son visage sans vie, limitant sévèrement sa mobilité et son équilibre, mais le laissant capable de penser et de parler correctement. «Je prie pour les malades et souvent Dieu les guérit, mais mon propre état de santé demeure.» Aujourd’hui, Ramon est marié et, avec sa femme, ils œuvrent à plein temps dans le ministère. Il a appris les fondements théologiques et les notions pratiques nécessaires à la construction d’une église auprès du pasteur de celle qui l’a ordonné.


Salle de la réunion

L’AÉM a soutenu l’achat d’une maison il y a un an, qui sert de foyer au pasteur et à l’église, que Ramon et sa femme ont fondée. Fin 2019, un tremblement de terre d’une magnitude de 7,9 l’a endommagée. Depuis, les murs présentent des fissures menaçantes jusque sous le toit (photo). Une bâche en plastique au-dessus du lit protège les personnes endormies contre les
chutes d’objets. Les autorités n’aident pas à la reconstruction. L’AÉM est de nouveau intervenue, cette fois pour sauver la maison de l’effondrement.

Ramon explique avec enthousiasme: «Quand Jésus dit: ‹La moisson est grande, mais il y a peu de moissonneurs›, cela signifie que nous devons avant tout investir dans les travailleurs!» La stratégie des dirigeants de l’église cubaine est de soutenir les jeunes, de leur laisser le champ libre, et de recommencer à un autre endroit aussi longtemps que leurs forces et leur santé le leur permettent. Des cocotiers poussent dans le jardin. La vente de leurs fruits aide financièrement la jeune église. Il est important qu’elle puisse se maintenir financièrement à flot.

Photo : © AÉM

L’Église protestante de Cuba se développe et avec elle la pression de l’État. L’interdiction de rassemblement, qui a été imposée par l’État en raison de la crise du coronavirus, est appliquée de manière particulièrement rigoureuse à l’encontre des chrétiens et des églises. L’Alliance évangélique, qui a été fondée il y a un an, est confrontée à de forts vents contraires de la part des autorités, bien qu’elle représente plus de dix pour cent de la population. Les fondateurs en particulier sont sous pression. Certains dirigeants n’ont pas été autorisés à quitter temporairement le pays. À Pâques, l’espoir a germé parmi les chrétiens protestants; en effet, pour la première fois depuis le communisme, un sermon de leur part pourrait être diffusé à la télévision d’État. Les chrétiens étaient remplis de joie, mais au final cela a été la déception. Comme d’habitude, seuls les dirigeants du mouvement œcuménique ont été retenus, avec une proclamation qui, comme toujours, a été très politisée. Cependant cela ne ralentira certainement pas la croissance de l’Église de Jésus.

Deux ans après sa fondation, une église de maison est financièrement autonome. Entre-temps, l’AÉM pourvoit au soutien financier. Avec CHF 25.–/€ 21.– par mois, vous permettez à un missionnaire d’être envoyé par sa dénomination pour fonder une église. L’objectif de l’AÉM est de pouvoir soutenir quatre cent cinquante missionnaires comme Ramon. Nous aiderez-vous à y parvenir?

Photo : © AÉM