Page d'accueil > Projets > Pays destinataires de projets > Chine: La Chine en guerre contre les chrétiens

La Chine en guerre contre les chrétiens

Juin 2019 - Au moins vingt millions de chrétiens en Chine souffrent de persécutions. D’autres mesures prises contre les églises par le parti communiste au pouvoir sont à craindre, pouvant faire passer ce nombre au cours de l’année jusqu’à cinquante millions.

aém. En décembre 2018, la police a arrêté au moins cent membres de l’Early Rain Covenant Church de Chengdu, province du Sichuan dans le sud-ouest de la Chine, et le pasteur Wang Yi et son épouse Jiang Rong ont été accusés d’«incitation à renverser l’ordre existant» («activité subversive»), qui peut être passible de quinze ans de prison au maximum. En novembre 2018, les autorités ont fermé la Guangzhou Bible Reformed Church dans la province de Guangdong, dans le sud de la Chine. Et, dans l’est de la Chine, les autorités ont enlevé de force au moins mille sept cents croix des édifices religieux.

L’année dernière, le parti communiste a décidé de lever la limitation de la présidence à deux mandats, faisant du président Xi Jinping le plus puissant dirigeant chinois depuis Mao Zedong (photo). Cela signifie qu’il devrait rester président après la fin de son deuxième mandat en 2022. La nouvelle Constitution du pays porte désormais le nom et l’idéologie de Xi. Photo © AÉM

 

La paranoïa de l’État
Quelque cinq cents responsables d’églises de maison ont écrit une déclaration disant que les autorités avaient remplacé les croix par le drapeau chinois et forcé les congrégations à chanter des chants patriotiques et interdit l’accès au culte aux enfants. Les autorités de la ville de Xingtai, dans le sud de la province du Hebei, ont écrit une lettre ouverte invitant les écoles et les parents à ne pas permettre à leurs enfants d’assister à un événement religieux. «Les élèves ne devraient pas avoir de croyances religieuses. Les enfants mineurs sont incapables de penser par eux-mêmes, parce qu’ils ne sont pas mûrs», peut-on lire dans la traduction de la lettre publiée par l’ONG ChinaAid, sise aux États-Unis. «S’ils sont attirés et forcés de croire et de suivre une religion, les activités et les pensées radicales de ladite religion les influenceront, ce qui aura des conséquences sur leur santé mentale et leur avenir. Tous les parents, quelle que soit leur religion, devraient apprendre à leurs enfants à ne pas entrer dans des lieux de culte ou à ne pas participer à des activités religieuses, y compris l’école du dimanche et les camps d’été, et devraient s’abstenir de toute activité religieuse.»

Le gouvernement est nerveux
Néanmoins la guerre de la Chine contre la religion n’est qu’une réaction à la croissance du christianisme et montre à quel point le gouvernement est nerveux. Les dirigeants communistes voient le christianisme et les chrétiens comme une menace à leur pouvoir, parce qu’ils ont des relations tendues avec les États-Unis en particulier et l’Occident en général, et aussi parce que le christianisme met l’accent sur la dignité humaine et les libertés individuelles. Il y aurait quelque cent millions de chrétiens en Chine, et il ne leur est pas permis de former des organisations qui ne sont pas contrôlées par l’État. Environ huitante pour cent des chrétiens font partie d’églises de maison «non officielles»1. Le Mouvement patriotique des trois autonomies et l’Association patriotique des catholiques, qui sont sous le strict contrôle et la supervision du gouvernement communiste, sont beaucoup plus petits que le mouvement des églises de maison. Le président Xi Jinping, qui a été nommé président chinois en 2012, a tenté de faire face à la croissance du christianisme chinois en le «sinécisant», c’est-à-dire en l’intégrant dans la philosophie et l’idéologie chinoises.

Le christianisme en Chine croît. On dénombre maintenant quelque cent millions de hrétiens, et huitante pour cent d’entre eux appartiennent à des églises non enregistrées. Photo © AÉM

 

Nouvelle réglementation
En 2018, de nouvelles réglementations sur les affaires religieuses ont été introduites sous prétexte d’«éradiquer l’extrémisme». La loi exige que les gens obtiennent l’approbation du gouvernement avant tout événement religieux. Quiconque «viole» la loi peut être puni d’une amende pouvant aller jusqu’à quarante-cinq mille deux cents dollars américains. Elle limite le téléchargement de contenus religieux en ligne sur l’internet et interdit aux «individus et organisations étrangers» de prêcher ou de partager des informations religieuses. Seuls les membres d’organisations «officiellement autorisées» peuvent afficher du contenu à caractère religieux sur le web. L’objectif réel de ces nouvelles réglementations est de forcer les églises non enregistrées à passer sous contrôle gouvernemental et à représenter une forme de christianisme qui ne contredit ni le régime autoritaire ni le communisme.

Les églises clandestines sont hardies et en pleine croissance

Toutefois les chrétiens de Chine sont audacieux et croissent dans la foi. Le pasteur Huang Xiaoning, de la Guangzhou Bible Reformed Church fermée par l’État, pense: «Le parti communiste chinois veut être le Dieu de la Chine et du peuple chinois, mais, selon la Bible, seul Dieu est Dieu.»

* Le nom a été modifié pour des raisons de sécurité.

Chine: L’aide sur place est appropriée et efficace

La demande de bibles, de littérature chrétienne et de formation au leadership est élevée. L’AÉM soutient la production de matériel de formation pour les enfants et les jeunes ainsi que six mille personnes, qui organisent des séminaires de formation pour les responsables. Nous investissons dans des réunions pour enfants qui se tiennent chaque semaine dans plus de mille cents endroits en Chine et auxquelles participent régulièrement quelque vingt mille enfants.

 

Voulez-vous participer à ce travail? Avec CHF 90.‒/€ 75.‒, vous pouvez couvrir les frais d’un cours de formation pour dix animateurs de réunions pour enfants.