Page d'accueil > Projets > Sri Lanka : L’amour de l’ennemi a un rayonnement puissant

Sri Lanka : L’amour de l’ennemi a un rayonnement puissant

Ruwan* est victime de discrimination et de persécution active. Son comportement ouvre le cœur des coupables.

aém./ Décembre 2018 La police et deux prêtres hindous ont exigé la fin des réunions de prière. Le pasteur Ruwan* s’est ensuite rendu au bureau responsable pour clarifier la question, mais n’a pas été reçu. Il a déposé une plainte auprès du médiateur pour les droits de l’homme et une réunion a été convoquée. On lui a dit qu’il causait des troubles religieux. Les rencontres de prière ont provoqué des attaques. La police n’est pas en mesure de garantir la sécurité de l’église.

Couteaux et machettes
Le dimanche suivant, une centaine de personnes en colère, armées de couteaux et de machettes, ont agressé vingt-cinq personnes célébrant le culte. Les agresseurs ont poignardé les gens. Tout le monde a été blessé, dont huit gravement. «J’étais dans une autre église quand j’en ai entendu parler et j’ai contacté la police. Toutefois, quand je suis arrivé à l’église une heure plus tard, la police n’était pas là. Elle n’est pas venue jusqu’à ce que quelqu’un aille la chercher au commissariat. Mais, même alors, elle n’a rien fait.» Ruwan a emmené les blessés à l’hôpital. «Soudain, l’un des agresseurs était là et a commencé à étrangler une fille de l’église! On a réussi à l’éloigner.»

Les églises dont s’occupe le pasteur Ruwan ont été détruites ou incendiées à treize reprises. Photo : © AÉM


Brutalement frappé

Entre-temps, les personnes s’étaient de nouveau rassemblées et se dirigeaient vers une autre église. «Ma femme et moi en avons entendu parler et nous nous sommes précipités là-bas. Nous avons été brutalement battus, trente autres personnes ont été blessées, quatre ont dû aller à l’hôpital qu’elles ont dû quitter le lendemain. Les autorités ont voulu éviter de donner l’impression d’un incident grave. Les quatre souffrent encore des conséquences de leurs blessures; depuis, je souffre de problèmes aux mains. »

Le pardon au lieu de la vengeance
La partenaire locale de projets de l’AÉM, qui est une avocate responsable de l’assistance juridique, a soutenu Ruwan dans sa plainte. «Le juge a condamné les agresseurs et nous a demandé de déterminer la peine et l’indemnisation. Mais nous avons demandé au juge de ne pas les punir. Nous leur avons pardonné et n’éprouvons aucune haine à leur égard.» Les hommes ont été profondément impressionnés par cette réaction. Trois d’entre eux sont venus à l’église et ont donné leur vie à Jésus. Certains des hommes du groupe des ex-assaillants viennent maintenant avec nous chaque fois que nous visitons les villages et prennent soin de notre sécurité.»

Soutenez le travail de l’AÉM au Sri Lanka. Avec CHF 200.‒/€ 165.‒, vous pouvez apporter une contribution substantielle à l’aide d’urgence pour les chrétiens victimes de violence. Avec CHF 400.‒/€ 330.‒, vous pouvez couvrir le coût moyen par affaire des avocats chrétiens. Avec CHF 120.‒/€ 100.‒, vous couvrez les frais de voyage mensuels d’un fondateur d’églises et contribuez à sa subsistance.

*Le nom a été modifié pour des raisons de sécurité.