Page d'accueil > Conférences > 50 ans de l'AEM > Ruth Kölla : Les vêtements rendent les gens très heureux

Les vêtements rendent les gens très heureux

Ruth Kölla travaille comme bénévole pour l’AÉM depuis 1997. Quelle est sa motivation?

 

AÉM: Ruth, tu es bénévole pour l’AÉM depuis vingt-deux ans. De quelle manière et comment cela est-il arrivé?
Ruth: Ma tâche principale est le «Chleidere» (c’est-à-dire tri et emballage des vêtements, chaussures, draps, rideaux, etc., que l’AÉM reçoit). Si nécessaire, j’aide également à remplir des enveloppes à la main que la machine ne peut pas faire ou à la découpe du papier d’emballage pour l’Action paquets de Noël. En novembre, j’ai également reçu et compté des colis finis et, une fois par an, j’aide à nettoyer les vitres. Ma belle-mère m’a encouragée à l’aider et m’a emmenée un jour au «Chleidere». Cela me fascine d’ouvrir les sacs de vêtements, de les trier et d’assigner chacun à sa catégorie. Au début, j’ai emmené mes quatre petites filles avec moi en mission. Elles ont raffolé!

 

Qu’est-ce qui te plaît?
C’est toujours un plaisir de découvrir ce qui est caché dans les sacs. Souvent, les objets donnés sont encore en très bon état. Parfois, nous recevons aussi des vêtements, des chaussures et même une fois environ cinquante nouvelles robes de mariée venant d'entreprises qui avaient fermé. C’est une telle joie de pouvoir
donner à ceux qui sont dans le besoin ces produits en bon état et qui, ici, finiraient aux ordures. Souvent, j’imagine aussi le bonheur des gens lorsqu’ils découvrent leurs «nouveaux» vêtements ou je vois tourbillonner comme une princesse une petite fille en robe de dentelle.

 

Combien de fois viens-tu à l’AÉM et de quoi dépendent tes engagements?
La plupart du temps, je reçois une demande de Jörg Beyeler lorsqu’un transport de marchandises est prévu. Ma disponibilité dépend de mon horaire de travail. Cependant comme, la plupart du temps, Jörg nous contacte assez tôt, nous trouvons presque toujours un rendez-vous. Chaque année, je m’engage entre trois et cinq fois.

 

Peut-être y a-t-il maintenant des lecteurs qui pensent à faire du bénévolat. Qu’aimerais-tu leur dire?
Nous sommes vraiment privilégiés en Suisse. Nous nous en tirons très bien. C’est pourquoi j’aime investir mon temps (et ma force avec les paquets...) pour que les autres puissent se sentir un peu mieux grâce à mon engagement. Matthieu 25:40 dit: «Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, vous me l’avez fait.» De plus, vous rencontrez toujours de nouvelles personnes attachantes pendant les activités. Que sont quatre fois trois heures de bénévolat sur l’ensemble de l’année? Je suis convaincue qu’un engagement à l’AÉM en vaut vraiment la peine.

Ruth Kölla, Donner un coup de main